Archives de catégorie : 2013-Vertigo à rébus façon Licata-Caruso.

Carcassonne. Vertigo à rébus façon Licata-Caruso.

La Dépêche du Midi – Publié le 23/07/2013.

art contemporain

Du 23/07/2013 au 04/08/2013

La plasticienne déploie deux étranges scènes dada qui toquent à la porte du théâtre et du cinéma./Photo DDM, RG

La plasticienne déploie deux étranges scènes dada qui toquent à la porte du théâtre et du cinéma./Photo DDM, RG

C’est un drôle de retour en piste que le travail de Sophie Licata-Caruso. Il y a dix ans, elle a dit stop. Stop à son travail d’artiste pour se concentrer à sa petite famille naissante. Diplômée des Beaux-Arts de Marseille, enseignante au collège Jeanne-d’Arc à Carcassonne, elle s’est laissé happer au cœur de l’hiver dernier, par un projet scénographique avec ses élèves à l’Auditorium. Son désir de création personnelle a repris le dessus. Jusqu’au 4 août, elle a investi la chapelle Saint-Gimer aux côtés d’Anne Figuet. Sophie Licata-Caruso y déploie deux étranges petites scènes qui tiennent du théâtre de poche, de l’arte povera, du surréalisme et du cinéma. Dans un espace déterminé – l’ossature d’un cube – se jouent deux scènes à suspense sans la moindre présence humaine. Au sol, l’ombre portée d’un corps marqué d’une croix rouge. Et tout autour, suspendus en l’air au squelette de métal, ainsi reliés l’un à l’autre, des objets comme des indices. Un escarpin, un chapeau de feutre, un petit bout de tissu à carreau…Une pelote de fil entortillé qui pendouille comme une grosse araignée met un point final à ce scénario dada. Au mur, de même, ses dessins semblent planifier et programmer quelques étranges scènes qui font écho aux deux pièces installées. Il y a du rébus là-dedans, du coq à l’âne policier, du Shadock, de la machine infernale et de la drôlerie. On se prend à échafauder des théories fumeuses tout en étant séduit par l’esthétique dépouillée et la sobriété de ces éléments mystères.

Exposition visible tous les jours de 15 heures à 20 heures à la chapelle Saint-Gimer.